Duékoué : Deux écoliers tuent, arrachent des utérus et capturent l'intelligence des autres


(Photo d'archives)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 20 fév. 2017
  • Visites: 2228
  • Commentaires: 0
Deux jeunes enfants, des élèves, environ 10 ans, ont décidé de causer toutes les misères possibles aux membres de leurs familles, à l'aide d'ahurissants pouvoirs occultes, dont ils sont pourvus. Mais leurs hideux visages de sorciers viennent d'être démasqués.

En effet, depuis bientôt deux semaines, le sous-quartier « Blélémouin », dans la commune de Duékoué, est secoué par une affaire de sorcellerie. Nous décidons de nous y intéresser. En fait, le dimanche 12 février 2017, il est environ 14h, lorsque nous arrivons chez T. Michel, employé d’une société d’exploitation de bois. A notre arrivée, l’atmosphère parait normale. Pourtant, depuis des jours, la famille de cet homme est tourmentée par une affaire de sorcellerie, dont les principaux acteurs sont des enfants que lui et sa femme hébergent. Après les civilités, T. Michel fait appel à une fillette de 11 ans, qui prend place à côté de nous. Prisca, c’est le prénom qu'on lui attribue, est une mignonne gamine, en classe de Ce1. Interrogée sur les graves accusations portées sur elle, Prisca ne fait aucune difficulté à reconnaître qu’elle est sorcière : « Je pratique la sorcellerie depuis ma tendre enfance. J’ai été initiée par mon oncle qui vient chaque jour me voir, pour me confier des missions », dit-elle. Avant de poursuivre : « J’ai tué mon petit-frère du nom de S.K. Il avait à peine 5 ans. Je l'ai assommé avec un gourdin mystique. Ma confrérie et moi l'avons ensuite transformé en cabri, pour déguster sa chair ».

A lire: Accusée de sorcellerie, une vieille de 92 ans se pend Accusée de sorcellerie, une vieille de 92 ans se pend

Egrenant sa litanie d'aveux, la môme, avec un calme olympien, déclare:« J’ai commis trop de crimes. J’ai ôté l’intelligence et la chance à plusieurs membres de ma famille. Mon dernier challenge était de tuer ma mère, pour hériter du trône royale. Mais aujourd’hui, je veux tout arrêter. L’esprit de mon petit-frère me tourmente ». Confesse Prisca qui dit prendre la forme d'un mille-pattes ou d'un chat noir, pour opérer. Mais pourquoi avoir donné la mort à son petit frère ? Là-dessus, la fillette ne trouve aucune réponse, si ce n’est que fondre en larmes. En effet, le jour de ce malheureux fait, dame T.N., mère de Prisca, revenait du marché quand, subitement, son enfant au dos se mit à crier et à se tordre comme si un mal le rongeait. Malgré l’assistance des uns et des autres, l’enfant meurt le même jour. Une mort dont la cause n’a jamais pu être élucidée, jusqu'au jeudi 9 février 2017, où un pasteur dévoile les agissements occultes de la belle petite Prisca. Un autre gamin, un peu plus prolixe que Prisca, vient à nous. Lui, c’est Ignace, 12 ans ( prénom qu'on lui attribue), élève dans le même établissement que Prisca.

Il avoue avoir tué sa propre mère : « J’ai assassiné en 2012, ma propre mère D.L. avec la complicité de ma grand-mère D.C. De Tahably-Dahably, où elle réside, cette dernière vient me voir chaque nuit, pour me confier des missions. Pour opérer, je prends la forme d’un cafard. J’ai ôté l’utérus de ma demi-sœur et je lui ai pris son intelligence, afin qu’elle ne progresse pas à l’école. Son intelligence est enfermée dans un canari, chez ma grand-mère », lance-t-il. Racontant toujours ses sombres prouesses, il confie en vouloir à Mme T. Sidonie, celle-là même qui s’occupe de lui depuis de longues années. « Un jour, elle est allée casser du bois de chauffe. Je me suis alors transformé en pytho (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents