Donald Trump élu président des Etats-Unis

  • Source: france24.com
  • Date: mer. 09 nov. 2016
  • Visites: 2148
  • Commentaires: 0
Au terme d'une folle soirée électorale, le millionnaire républicain Donald Trump émerge comme le probable gagnant de l'impitoyable course pour la présidence des États-Unis qui l'oppose à Hillary Clinton depuis des mois.

Le nom du 45e président ne sera peut-être pas confirmé avant les premières heures de la matinée, mais la victoire est à portée de la main pour Donald Trump. 

La surprise est générale. Les démocrates sont médusés. Quoiqu'il arrive, Trump aura fait sensation.

Hillary Clinton n'a pas suscité l'enthousiasme

Après avoir remporté les États "pivots" de Floride, de l'Ohio et de Caroline du Nord, il menace la suprématie démocrate dans des États du nord industriel que ces derniers tiennent fermement depuis près de 30 ans. En Pennsylvannie, un millier de voix seulement séparent les deux candidats. 

La situation est encore plus inquiétante dans le Michigan et le Wisconsin. Dans ce dernier État, Donald Trump a trois points d'avance sur Hillary Clinton. Si l'un de ces États tombe dans son escarcelle et s'il emporte le "petit" État du New Hampshire, réputé pour abriter une importante communauté libertarienne, il aura atteint le chiffre "magique" des 270 grands électeurs nécessaires pour conquérir la présidence. Seul Donald Trump semblait croire qu'il pouvait réaliser un tel exploit il y a encore 24 heures.

Au quartier général d'Hillary Clinton à New York, les visages sont fermés. Personne ne s'attendait à un tel scenario qu'aucun institut de sondage n'avait prévu. Qu'est-il donc arrivé à Hillary Clinton? Elle n'a pas suscité l'enthousiasme de son propre camp. 

Trump séduit les "cols bleus"

Les études de sortie des urnes, montrent que les électeurs noirs et hispaniques se sont mobilisés, mais pas suffisamment. De même, il semble que le vote des femmes n'a même pas été aussi massif que l'on pouvait s'y attendre, compte tenu des discours ouvertement sexistes de Donald Trump. 

En revanche, il semble qu'un vote de "classe", blanc et issu de la classe ouvrière laissée pour compte de la mondialisation, s'est manifesté au-delà même de toutes les espérances des conseillers de Donald Trump. Très symptomatique, le fait qu'Hillary Clinton soit devancée par Trump dans le Wisconsin et le Michigan, où elle avait perdu les primaires démocrates, laisse penser que certains supporters de Bernie Sanders l'ont "lâchée" pour Trump qui avait su s'adresser aux "cols bleus".

Si les heures qui viennent confirment que Donald Trump est capable de s'imposer dans un État comme le Michigan, qui n'avait plus été républicain depuis Ronald Reagan, il aura fait l'histoire. Il sera parvenu à redessiner la carte politique des États-Unis exactement comme l'avait fait ce dernier en séduisant cet électorat populaire que l'on a appelé "les démocrates reaganiens".

Rien n'est encore joué. Tout peut encore changer. Mais rien n'est plus impossible, surtout pas une victoire du millionnaire new yorkais.




Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents