Mort en cascade des artistes / Aimond Williams crie son indignation : « Les Sos ne sont pas reluisants pour les artistes. Il est temps que chacun adhère à l'assurance »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 16 sept. 2016
  • Visites: 2060
  • Commentaires: 0
Aimond Williams, président de la Fondation des artistes de Côte d'Ivoire est encore monté au créneau jeudi 15 septembre à l'espace Café Littéraire d'Angré pour appeler les artistes ivoiriens à souscrire à la police d'assurance initiée par le Burida et le ministère de la Culture et de la Francophonie.

Il n'est pas content de la précarité dans laquelle vivent les artistes ivoiriens. Et il a tenu à le faire savoir jeudi 15 septembre au cours d'une conférence de presse. Le président de la Fondation des artistes de Côte d'Ivoire (Fondaci) a appelé les artistes ivoiriens au sens de la responsabilité. Il a par ailleurs déconseillé à ceux-ci d'alarmer le peuple une fois qu'ils ont un petit bobo.

À l'en croire, le Bureau ivoirien du droit d'auteur (Burida) et le ministère de la Culture et de la Francophonie ont mis en place des mécanismes pour permettre aux artistes ivoiriens d'éviter les Sos et autres appels à assistance lorsqu'ils sont malades. « Les Sos ne sont pas reluisants pour les artistes », a-t-il marqué son indignation.

À lire cet article: Aimond Williams crie sa colère: "Le rôle d'un artiste, c'est d'édifier le peuple et non lancer des Sos"

Pour Aimond Williams, les artistes ivoiriens devront saisir l'opportunité de la police d'assurance instituée depuis quelques années par le Burida et le ministère de la Culture et de la Francophonie. « Il est temps que chacun adhère à l'assurance », a-t-il insist& (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Burida Côte d'Ivoire Francophonie police droit d'auteur Café ivoiriens




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour