Côte d'Ivoire-Gabon / Affaires Mamadi Diané et hackers ivoiriens : SEM. Philippe Mangou fait des révélations
« Ce que le président Ouattara m'a dit »
« Les consignes que j'ai données aux Ivoiriens du Gabon »


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: mer. 14 sept. 2016
  • Visites: 4204
  • Commentaires: 0
L'affaire ''Mamadi Diané-Jean Ping'' et celle des hackers ivoiriens qui auraient tenté de truquer les résultats de la présidentielle gabonaise au profit du principal adversaire du président Ali Bongo Ondimba ont jeté un sérieux froid sur les relations ivoiro-gabonaises.

L'ambassadeur de la Côte d'Ivoire au Gabon, SEM. Philippe Mangou, s'est confié en exclusivité au journal L'inter, depuis Libreville.

L'inter : Excellence, l'affaire Mamadi Diané défraie la chronique au Gabon. La Côte d'Ivoire est de plus en plus indexée pour immixtion dans les affaires internes, voire  de complot contre ce pays. Comment réagissez-vous face à cette crise qui ne dit pas son nom ?

SE. Philippe Mangou : Je voudrais vous remercier de l'opportunité que vous m'offrez de vous parler un peu de cette affaire. J'ai déjà fait le point de la situation dans un organe de presse gabonais et aujourd'hui, c'est l'occasion de  le faire dans un journal ivoirien. Il faut noter que le chef de l'Etat, de manière diligente, a pris des mesures pour limoger son conseiller, M. Mamadi Diané, pour montrer que l'acte posé par l'intéressé est un acte personnel qui n'engage en rien la responsabilité de la Côte d'Ivoire dans les événements au Gabon. Je le précise bien, c'est un acte personnel. Il serait donc souhaitable que les gens n'indexent pas l'Etat de Côte d'Ivoire. La responsabilité de l'Etat ivoirien n'est nullement engagée dans cette affaire. Nous sommes environ 7.747 Ivoiriens résidant au Gabon, officiellement enregistrés par nos services. Il y a 454 de nos ressortissants qui, de manière volontaire, ont demandé à repartir en Côte d'Ivoire, compte tenu de l'embellie que le pays connaît depuis quelque temps sur le plan économique. Il reste près de 7300 Ivoiriens, qui vivent en parfaite harmonie, dans un bel esprit de fraternité avec leurs frères et sœurs gabonais. Il n'est donc pas souhaitable que cet acte individuel, posé par un Ivoirien, entache les bonnes relations que nous entretenons avec le Gabon. Le chef de l'Etat, SE.Alassane Ouattara, m'a dit qu'il tient absolument au maintien des excellentes relations entre le Gabon et la Côte d'Ivoire, qui sont des relations séculaires, tissées par les pères fondateurs des deux pays, à savoir feu les présidents Léon Mba et Omar Bongo Ondimba du Gabon, et feu le président Félix Houphouët-Boigny de la Côte d'Ivoire. Aujourd'hui, les présidents Alassane Ouattara et Ali Bongo Ondimba œuvrent au renforcement des relations entre leurs deux pays, et nous savons les consignes que le chef de l'Etat, SE Alassane Ouattara, nous a données par rapport au travail que nous devons faire ici au Gabon. Il s'agit de travailler au renforcement de ces relations. Il ne faudrait donc pas que les gens fassent d'amalgame pour mêler la Côte d'Ivoire à ce qui se passe au Gabon. Je le répète, c'est un acte individuel posé par un Ivoirien, qui n'engage que sa responsabili (...)

Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire Félix Houphouët-Boigny Alassane Ouattara Philippe Mangou Mamadi Diané présidentielle ivoiriens Excellence




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour