Déchets toxiques : 10 ans après, des révélations, les Nations unies citées


Des experts de déchets toxiques ont dépollué les sites (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: vend. 19 août 2016
  • Visites: 1843
  • Commentaires: 1
''Dans le cadre du suivi environnemental des 17 sites affectés par les déchets toxiques du navire Probo Koala, identifiés, le Ciapol, en partenariat avec les laboratoires Wessling (France), accrédités, a poursuivi les opérations d'analyse des sols traités, du sous-sol, des eaux (surface, puits, nappe phréatique). Les résultats des analyses indiquent de faibles niveaux de concentration pour l'ensemble des paramètres mesurés. Les odeurs caractéristiques des déchets toxiques du Probo Koala ne sont plus perceptibles. Une contre-expertise de cette activité a été menée par le Programme des nations Unies pour le développement (Pnud), du 1er juillet au 16 août 2016, les résultats de cet audit sont attendus pour déclarer la fin ou non de la dépollution des sites affectés par les déchets toxiques du Probo Koala''.

Voici, en partie, un extrait du bilan fait par le Centre ivoirien antipollution (Ciapol)  à la faveur des dix ans du déversement des produits toxiques sur le District d'Abidjan, dans la nuit du 19 au 20 août 2016.

Selon le document que nous avons reçu du service de Communication de cette structure, le mercredi 17 août 2016, dans l'urgence, le gouvernement avait fait appel à une expertise internationale (Tredi, France)  pour  dépolluer tous les sites contaminés. Environ 9000 tonnes de déchets et d'objets contaminés ont été conditionnés et transférés  sur le site de cet opérateur en France, pour être incinérés.

Le 13 février 2007,  toujours, à en croire la même source, un  protocole d'accord entre l'Etat de Côte d'Ivoire et la Société Trafigura Beheer B.V, a été signé pour permettre à la Côte d'Ivoire de poursuivre la dépollution des sites et le suivi environnemental.  ‘'En mars 2007,  Tredi a mis fin à ses travaux de dépollution. Tous les sites ont été traités, à l'exception du site de la Route d'Alépé (village Djibi-Abobo). Poursuivant cette activité, le Gouvernement a mis en place un projet dénommé « projet de dépollution complémentaire des sites » pour finaliser la dépollution des sites et le suivi environnemental, conform&eacu (...)

Lire la suite sur Soir Info


Côte d'Ivoire Abidjan Abobo France Pnud Gouvernement déchets toxiques partenariat




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour