Nouvelle Constitution : Voici les 5 grands postes du pouvoir dans la 3è République
Ce que Ouattara prépare
Les révélations d'un document


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 19 août 2016
  • Visites: 3984
  • Commentaires: 1
Fin juin 2016. Abidjan bruisse entre les grosses pluies de la saison et quelques rayons de soleil. La «perle des lagunes» a renoué avec ses grandes ambitions. On y parle développement, business, projets.

Le taux de croissance depuis 2010 oscille entre 8% et 10 % par an. La richesse du pays a, grosso modo, doublé. Belles voitures, restaurants huppés, investissements, infrastructures (dont le fameux troisième pont qui enjambe l'eau entre Cocody Riviera et Marcory), immobilier, centres commerciaux, ça bouge ... Tout cela semble aller de soi, et pourtant on revient de loin. À la fin 2010, la Côte d'Ivoire sort de deux décennies de mal-développement, de crises identitaires, ponctuées par un fiasco électoral et une quasi-guerre civile ...

Palais de la présidence, au cœur du plateau, l'ex-grand quartier des affaires lancé dans une seconde jeunesse. Une demeure très houphouëtienne, style résolument seventies,

rénovée de fond en comble. Avec de belles vues sur les jardins et la lagune. C'est là que travaille Alassane Ouattara, dans la même pièce et sur le même bureau que Félix Houphouët-Boigny. Comme pour marquer une continuité de l'histoire, de l'État ivoirien. Élu en 2010, au terme d'un long chemin, réélu très confortablement fin 2015, l'enfant de Kong a foi en lui, il croit en son destin. Entouré d'un bataillon de fidèles, hommes et femmes dévoués à la réussite de son action, le président s'implique entièrement dans son second mandat, dont il a dit à de multiples reprises et publiquement que ce serait le dernier. Il a des plans. Une grande ambition politique qui fonderait une nouvelle République, une Côte d'Ivoire moderne, durablement éloignée des divagations mortifères autour de l'identité et de «l'article 35» sur les critères d'éligibilité à la fonction présidentielle, sur l'«ivoirité». Il en parle depuis des

mois, il a annoncé son intention lors de la campagne électorale de l'année dernière. C'est la nouvelle Constitution, après celle d'Houphouët, largement formelle, et celle de 2000 à l'origine de tant de drames. Il y aura un référendum, fin octobre, pour que les Ivoiriens approuvent son projet.

 

Vers la « IIIè République »

Il faut un texte pacificateur, qui apaise le pays, le fasse entrer dans la modernité institutionnelle, qui le mette à l'abri des tempêtes. Et qui permette aux différentes sensibilités et ambitions de coexister au sommet. Pour Ado, la mission est  essentielle. Elle mobilise une grande partie de son temps, de son énergie depuis la réélection de 2015. Avec certainement une volonté de marquer son passage, d'entrer dans l'histoire, de faire la synthèse, de léguer un cadre pour le futur et les générations à venir. Il y a une volonté réelle de se débarrasser des dispositions ''confligènes'', inégalitaires, ethniques, dont le président lui-même et ses proches ont eu à souffrir. De solder les comptes de ''l'ivoirité'', de se défaire de ce terrible article 35, symbole de l'exclusion et de la division. Ado l'a dit dès 2015, lors de la campagne électorale : « Ce qui est important, c'est que nous regardions l'avenir et notre avenir, c'est faire en sorte que nul ne soit exclu en raison de son origine, de sa religion, de son ethnie ou de la couleur de sa peau.» Et il y a évidemment aussi des considérations

politiques essentielles à moyen et long termes. Alassane voit loin. Toutes les sorties se préparent. Et le président tient à peser sur le choix de son successeur. Ce n'est pas un secret, Ado veut garder la main. Maîtriser l'évolution et mettre en place les mécanismes qui aboutiront à sa succession en 2020. Le président consulte, écoute, prend du temps (ce qui n'est pas si fréquent dans le monde des présidents justement). Il veut se rassurer, confronter ses idées, tout en ne se privant pas du plaisir politique de brouiller les pistes. Mais il a les idées claires, il sait où il veut aboutir. Cette réforme constitutionnelle, c'est la sienne avant tout. Le débat agite le pays, alimente les unes de la presse, permet à l'opposition de clamer haut et fort son ... opposition. Des experts planchent sur les textes. Le peuple votera. Le train avance. Et au moment où ses lignes sont écrites, un certain nombre de paramètres essentiels semblent acquis. En premier lieu, il faut solder définitivement la question de l'identité et de l'ivoirité, par une écriture nettement plus inclusive de l'article 35 sur les conditions d'éligibilité à la présidence. Ce sera la clé de voûte symbolique du texte. Autre réforme tout aussi essentielle, celle qui tient à la dévolution du pouvoir, avec la création d'un poste de vice-président, élu sur un ticket avec le président, «à l'américaine». Ce vice-président serait le véritable numéro deux politique du pays en étant le successeur constitutionnel en cas d'empêchement présidentiel. C'est donc aussi le candidat naturel au terme du ou des mandats. Le président de l'Assemblée nationale, longtemps doté de cette prérogative cruciale à «un souffle du pouvoir», perd son privilège d'héritier en attente. Une révolution ...

 

Les cinq postes du pouvoir

Troisième point majeur du projet, la création d'un Sénat. Objectif officiel, un meilleur équilibre législatif, avec une représentation plus forte de la diversité ivoirienne, des

régions, des collectivités locales. Création d'un Sénat qui renvoie surtout à la volonté politique du président d'élargir les bases du pouvoir. Pour Ado, la Côte d'Ivoire a besoin d'une architecture institutionnelle qui permette aux différentes communautés du pays d'aspirer à un grand poste de responsabilité. Avec cette Constitution de la IIIè République se dégageraient alors cinq centres symboliques du pouvoir,

«cinq grands postes» : présidence, vice-présidence, présidence de l'Assemblée nationale, du Sénat et Premier ministère. Chacun, donc, devrait trouver une place au sommet ...

Mi-juillet 2016. Brutal coup de chaud sur l'ambiance générale. L'université Fhb, à Abidjan, entre en grève après des affrontements violents avec les forces de l'ordre. Quelques jours plus tard, à Yamoussoukro et Daloa, éclatent les premières échauffourées sur la question ultrasensible des tarifs de l'électricité. À Bouaké, vendredi 22 juillet, c'est l'émeute urbaine. Un mort et plusieurs dizaines de blessés. Dans la foule, on trouve aussi des jeunes sans travail, des commerçants, mécontents d'avoir été récemment délogés d'un marché local, ou encore d'anciens combattants démobilisés. Depuis plusieurs semaines, certains réclamaient des primes. Après les

hausses, le président Ouattara avait annoncé en mai dernier vouloir «mettre fin au monopole de la Cie [privatisée en 1990 et propriété du groupe franco-africain Eranove, actionnaire majoritaire, Ndlr] et de la Sodeci [Société de distribution

d'eau]» pour tenter de tirer les prix à la baisse. Les bailleurs internationaux, eux, ont récemment fait pression pour augmenter les tarifs d'électricité subventionnée par l'État ... L'affaire des tarifs de la Cie illustre tragiquement l'un des défis majeurs de la Côte d'Ivoire d'aujourd'hui. Les taux de croissance restent l'un des marqueurs des années Ouattara, mais ils ne garantissent pas la paix sociale. La richesse se crée mais elle ne se répartit pas suffisamment équitablement. Et l'afflux de capitaux publics et privés entraîne de réels problè (...)

Lire la suite sur L'Inter


Félix Houphouët-Boigny Alassane Ouattara Côte d'Ivoire Abidjan Cocody Daloa Bouaké Yamoussoukro Riviera Marcory Sodeci Cie présidentielle candidat électricité Assemblée nationale Sénat Constitution opposition affrontement développement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour