Attaques terroristes de Grand-Bassam : Les dernières révélations à couper le souffle


L'attaque de Grand-Bassam pourrait avoir été préparée depuis Abidjan.
  • Source: Soir Info
  • Date: mar. 22 mars 2016
  • Visites: 6123
  • Commentaires: 1
C'est une information qui fait froid dans le dos. Et elle est relayée par l'hebdomadaire panafricain Jeune Afrique (J.A.), dans sa parution de cette semaine.

Les terroristes qui ont frappé la Côte d'Ivoire le dimanche 13 mars 2013, à Grand-Bassam, ont séjourné pendant deux mois dans un grand hôtel, à Abidjan, avant de sévir.  Le Directeur de la Rédaction de J.A., François Soudan a expliqué, dimanche 20 mars, sur les antennes de Radio France internationale (Rfi), que c'est le téléphone portable de l'un des djihadistes tués, pris sur place, qui a livré ces informations inédites. « C'est effectivement le code pin du téléphone portable appartenant à l'un des terroristes retrouvé sur place, qui a commencé, semble-t-il à parler, d'après nos informations », a-t-il révélé. Il a confirmé, au micro de Norbert Navarro, la « présence de ces assaillants pendant deux mois à Abidjan, dans un grand hôtel de la ville ». « Il apparaît aussi qu'en février, un des contacts réguliers du commando, s'est rendu à Bassam et a réalisé des repérages. Le nombre a posé problème, on a parlé de six puis de trois. Il est possible que ce commando ait eu des complices, des logisticiens, des guetteurs par exemple. On n'a pas terminé avec l'enquête encore », a-t-il souligné. Selon Jeune Afrique, il y aurait effectivement, comme cela a circulé, un Ivoirien parmi les terroristes de Grand-Bassam. Si l'on s'en tient à la déclaration du groupe Al Mourabitoune qui a revendiqué l'attaque, le commando était composé de trois tueurs dont un autochtone. « Si la nationalité ivoirienne de l'un des tueurs est confirmée, vous savez que les noms ont été donnés par le groupe Al Mourabitoune, notamment celui qui s'appelle Allaou Ansari. C'est un pseudonyme qui désigne, en général, dans la terminologie djihadiste, un combattant autochtone. Il pourrait donc s'agir d'un Ivoirien », a soutenu l'interviewé. Avant d'ajouter : « si cela se confirme, ça veut dire que le travail des prédicateurs extrémistes notamment d'origine pakistanaise, venus du Mali, dans le nord du pays, est bien avancé. C'est effectivement assez in (...)

Lire la suite sur Soir Info


Rfi Côte d'Ivoire Abidjan Grand-Bassam France Mali Afrique téléphone portable




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour