Économie / Audit des comptes et suspension de Loukimane Camara à la SICOGI : Voici la vérité


Le ministre Cissé Abdourahmane, ministre auprès du Premier ministre en charge du Budget et du Portefeuille de l’État, veille au grain (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: lun. 14 mars 2016
  • Visites: 4965
  • Commentaires: 0
A une dizaine de jours de la célébration de ses 54 ans, la Société ivoirienne de Construction et de Gestion immobilière (Sicogi) fait face à une crise hors du commun, à savoir la suspension de son directeur général, Loukimane Camara, au terme d'une réunion du Conseil d'administration, le jeudi 10 mars 2016.

A l'origine de cette décision, une action qu'on pourrait qualifier d'insubordination de la part de ce manager relativement à une mauvaise appréciation d'une mission de la Direction de la participation et de la privatisation (Dpp), placée sous la tutelle du ministère auprès du Premier ministre en charge du Budget et du Portefeuille de l'Etat. Cela, alors que l'activité de la Dpp n'était pas une mission isolée parce qu'inscrite dans le cadre d'une décision gouvernementale qui a déjà produit des résultats, ailleurs.

Le mercredi 29 juin 2011, au terme du Conseil de ministres présidé par le chef de l'État Alassane Ouattara, il a été décidé que 43 sociétés d'État seront auditées, assainies et réhabilitées chacune en fonction de ses réalités. Ainsi, a-t-il décidé que le contrôle des entreprises publiques doit être renforcé, les entreprises en situation difficile assistées, le suivi du processus d'exécution budgétaire renforcé, le processus d'établissement des états financiers amélioré, les dirigeants responsabilisés avec la mise en place de contrats de performance, et enfin l'ensemble des acteurs sur les principes de bonne gouvernance de ces entreprises publiques sensibilisé. Le Conseil des ministres de ce 9 juin 2011 a également autorisé, sous l'autorité du Premier ministre, des missions d'audits des comptes de 43 sociétés d'État et sociétés à participation publique majoritaire. Le communiqué de ce conseil a indiqué que «ces 43 sociétés ont été sélectionnées en raison de leur importance, en termes de chiffre d'affaires ou de subventions reçues de l'État ». Toujours dans une dynamique de réformes liées à la gouvernance, le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a en 2012, annoncé la privatisation des banques publiques, «parce qu'il faut assainir le secteur des banques, car sans un secteur financier dynamique, la croissance économique est totalement illusoire ». Entre ces périodes et aujourd'hui, plusieurs sociétés mentionnées sur cette liste ont subi des réformes. L'Agence des télécommunications de Côte d'Ivoire (Atci) a été auditée et démembrée. La Société nationale des transports terrestres (Sonatt) n'existe plus sur papier. La Banque pour le financement de l'agriculture (Bfa) auditée et liquidée. Depuis juin 2015, la Côte d'Ivoire a lancé le processus de p (...)

Lire la suite sur Soir Info


Banque Côte d'Ivoire Alassane Ouattara gouvernement Conseil des ministres Budget ivoirien bonne gouvernance Construction




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour