Rapport 2015 d'Amnesty international : Ce qui est dit sur les dozo, les chefs de guerre pro-Ouattara ...


Les activistes du bureau Côte d'Ivoire, soutenus par Me Alioune Tine, ont présenté le rapport 2015 d'Amnesty International.
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 26 fév. 2016
  • Visites: 2623
  • Commentaires: 0
Amnesty international a publié mercredi 24 février, son rapport 2015 sur la situation des droits humains dans le monde.

Ce document qui dépeint les violations des droits de l'homme dans 412 pays à travers le monde, a été dévoilé à la presse au Plateau par la section Côte d'Ivoire. Livrant l'état des lieux dans ce pays, Hervé Delmas Kokou, directeur exécutif du bureau ivoirien, fait savoir que des centaines de détenus restaient toujours en attente de leur procès en lien avec les violences post-électorales de 2010-2011. A l'en croire, il reste préoccupant de constater que des responsables présumés des crimes commis pendant cette période échappaient toujours à l'obligation de rendre des comptes. « Les droits à la liberté d'expression et de réunion ont fait l'objet de restrictions, et les opposants politiques ont été la cible d'une vague d'arrestations arbitraires avant les élections. C'est notamment le cas de Hubert Oulaye, Koua Justin et Danon Djédjé ou encore de Samba David, qui a été gardé au secret pendant plusieurs jours », dénonce Amnesty. Dans le rapport rédigé avant 2016, M. Kokou relève que le procès de Laurent Gbagbo et Blé Goudé devant la Cour pénale internationale (Cpi) était programmé pour 2016 alors que Simone Gbagbo n'avait toujours pas été remise à cette juridiction. Et ce, dira-t-il, « malgré le mandat dont elle faisait l'objet ». Sur le point de la justice nationale, Amnesty note que plus de 200 partisans de l'ex-président étaient toujours en détention pour des accusations, entre autres, d'atteintes à l'ordre public et de génocide en lien avec les violences ayant suivi les élections de 2010. « Parmi eux, se trouvaient plus de 30 personnes extradées du Liberia en 2012 et 2014. En août 2015, 20 militaires qui avaient soutenu le président Ouattara, dont Chérif Ousmane et Lossény Fofana, ont été accusés de crimes en lien avec les violences post-électorales. En mars, 78 partisans et proches de Laurent Gbagbo, dont Simone Gbagbo, ont été jugés par la cour d'assises d'Abidjan. L'observateur d'Amnesty, lors du procès, a relevé que la seule voie de recours proposée par la législation ivoirienne était le pourvoi en cassation, qui porte uniquement sur des points de droit, ce qui est contraire au droit d'interjeter appel auprès d'une juridiction supérieure pour les condamnations pénales. Le droit de recours a été d'autant plus compromis dans cette affaire que la Cour n'a pas fourni le texte intégral de sa décision », relève-t-il. 

 

Des arrestations « arbitraires et des conditions de détention précaires » dévoilées

Concernant les arrestations et détentions jugées « arbitraires », Nathalie Kouakou-Tra, présidente d'Amnesty-Ci, qui a révélé que Simone Gbagbo échappait aux conditions de détention précaires dans les prisons parce que « détenue à l'école de gendarmerie », a renseigné qu'entre la mi-septembre et octobre, plus de 50 personnes, essentiellement des membres de l'opposition politique, ont été arrêtées. Et ce, après avoir participé à des manifestations pacifiques non autorisées (...)

Lire la suite sur L'Inter


Laurent Gbagbo Simone Gbagbo Blé Goudé Koua Justin Samba David Ouattara Côte d'Ivoire Abidjan Plateau Cour pénale internationale Cpi Amnesty gendarmerie élections procès opposition




Educarriere sur Facebook