Nord ivoirien : Plusieurs gendarmes mis aux arrêts
Grosse colère au sein des hommes du général Gervais Kouassi


Des gendarmes en service dans le nord ivoirien ne sont pas contents... (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: jeu. 10 déc. 2015
  • Visites: 5499
  • Commentaires: 0
Ce n'est pas le grand enthousiasme, actuellement, au sein des gendarmes en poste dans le nord ivoirien. Il n'est pas exagéré de dire qu'une colère sourde s'est emparée des hommes du général Gervais Kouassi, commandant supérieur de la gendarmerie nationale, en fonction dans cette région.

Des éléments de ce corps d'élite ne sont pas contents, ainsi que le rapportent plusieurs sources crédibles, du traitement qu'ils disent subir de leur hiérarchie. Nos informateurs affirment ne pas être d'accord que certains parmi eux soient, aujourd'hui, incarcérés. Ils citent le lieutenant Tohouri Francis Aubin de l'Escadron mobile de Ferké en prison à l'Escadron de Koumassi depuis le 20 novembre 2015, l'Adjudant-chef Koin Emmanuel, Commandant de la brigade de Sinématiali qui a écopé de 15 jours d'arrêt de rigueur. Ils évoquent aussi le cas du Maréchel des logis-chef Kouadio N'Goran Lambert, du Maréchal des logis Kacou Sokro Saint-Homer et du Maréchal des logis Krizo Yvon Magloire, tous de la Brigade Sinématiali, qui écopent de 15 jours d'arrêts de rigueur. Et, qui sont incarcérés, depuis le 24 novembre 2015, au local disciplinaire de l'état-major de la 4ème Légion de Korhogo.

C'est que, dans le cadre de la sécurisation des axes routiers, les autorités militaires ont lancé, depuis un moment, l'opération « Renard » pour traquer les bandits appelés communément « coupeurs de routes ». Pour venir à bout de ce phénomène on ne peut plus inquiétant, la hiérarchie de la gendarmerie, a-t-on appris, ne fait pas dans la dentelle quand la zone confiée à des éléments la Maréchaussée est...violée par des bandits. Elle frappe fort les gendarmes qui n'arrivent pas à empêcher ou à venir à bout des bandits qui sévissent dans leur zone de...compétence. « A priori, la mission de sécurisation qui visait à poster des binômes à des kilométrages réguliers afin de marquer par une présence effective et dissuasive 24 h /24 les grands axes routiers, engager l'offensive et réduire l'ennemi le cas échéant semble être devenue la bête noire des gendarmes, victimes d'abus de la part de leur chef de corps...Nous ne parlerons pas d'armement approprié car c'est notoire que le pays est sous embargo. Pour l'exécution du service proprement dit, aucune logistique ! Nous effectuons ces missions régaliennes souvent sur nos propres engins et payons le carburant de notre poche. A la merci des intempéries, nous ne dormons plus dans nos maisons », rapporte un gendarme en service dans la région du Tchologo avec qui nous avons échangé, par téléphone, la semaine dernière. « Qu'à cela ne tienne, la protection des personnes et de leurs biens au péril de notre vie, c'est notre mission principale acquise de haute lignée et perpétuée depuis 1961 dans la pure tradition militaire des Commandants supérieurs de notre si noble Institution. Toutefois, à l'impossible, nul n'est tenu», martèle-t-i (...)

Lire la suite sur Soir Info


Korhogo Koumassi coupeurs de route gendarmerie embargo formateurs ivoirien




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour