Gouvernance en Côte d'Ivoire : Ces têtes fortes qui bousculent le régime Ouattara


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 03 juil. 2015
  • Visites: 2719
  • Commentaires: 0
En prenant les rênes du pouvoir, le 11 avril 2011, le président Alassane Ouattara présageait assurément des agitations qui allaient faire tanguer son régime.

Quatre ans après, des acteurs clés, tant nationaux qu'internationaux, ont émergé et donné de la voix pour le bousculer. Ces sont, soit des personnalités politiques, des acteurs du monde des affaires, soit des activistes issus de milieux syndicaux ou d'instances internationales. Si les uns sont engagés pour la conquête du pouvoir, les autres dénoncent le mode de gouvernance.

 

Charles Konan Banny: celui qui veut ''bousculer Ouattara'' 

On le voyait venir. Que reste-t-il à l'homme qui semble avoir tout obtenu dans la vie, en termes de responsabilité, si ce n'est le pouvoir d'État? Charles Konan Banny, ancien gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest(Bceao) et ancien Premier ministre (tout comme Alassane Ouattara), ex-président de la défunte Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr), s'est engagé dans la course à la présidentielle de 2015. Le fameux appel de Daoukro lancé par le président du Pdci, Henri Konan Bédié, invitant les militants du vieux parti du pays à soutenir Ouattara à ces élections, M. Banny l'a perçu cela comme une trahison. Pour ce frondeur du Pdci, ''le trône de Félix Houphouët-Boigny n'est pas à vendre'' au Rdr, parti au pouvoir. Après avoir clôturé sa mission à la tête de la Cdvr, le 30 septembre 2014, il a désormais les mains libres pour se lancer dans la bataille. Cette posture affichée ne semble pas faire l'affaire de Bédié et Ouattara. Non seulement, l'ex-président de la Cdvr est du Pdci-Rda, même si certains cadres de ce parti remettent en cause son militantisme, mais il est surtout issu du pays Baoulé comme Henri Konan Bédié. La candidature de Charles Konan Banny est prise au sérieux, même si ces derniers temps, son lobbying auprès de la chefferie traditionnelle de Yamoussoukro a créé la polémique. Outre le Centre d'où il est issu, M. Banny a pu conquérir un capital de confiance dans presque toutes les régions. Né à Divo dans le Centre-Ouest, proche des peuples Dida et Bété, son épouse Massandjè est de Touba, dans le Nord-Ouest, une région majoritairement acquise à la cause du président Ouattara. Charles Konan Banny a profité également de sa mission à la tête de la défunte Cdvr pour élargir son champ d'amitié à toutes les régions et à des leaders locaux susceptibles de constituer un relais pour sa campagne. L'ancien Premier ministre se targue aussi d'avoir des amis dans l'opposition. Notamment au Fpi, l'ex-parti au pouvoir qui fricote avec lui au sein de la Coalition nationale du changement.

 

Essy Amara: De la réserve à l'offensive

En fin diplomate, son intention de briguer la magistrature suprême de la Côte d'Ivoire a été savamment entretenue dans la discrétion avant d'être annoncée, depuis Paris où il effectuait un déplacement privé en 2014. Ce sont d'abord des planteurs du Pdci qui, en octobre 2014, ont porté leur choix sur cet homme pour défendre les couleurs du Pdci-Rda, formation politique dirigée par Henri Konan Bédié. Ancien ministre des Affaires étrangères sous feu Félix Houphouet-Boigny de 1990 à 1993, puis sous Henri Konan Bédié de 1993 à 1999, Essy Amara est, lui aussi, opposé à l'appel de Daoukro. A 71 ans, le dernier secrétaire général de l'Organisation de l'unité africaine (Oua) veut également éroder l'électorat du Pdci-Rda. Ami de l'ex-président Laurent Gbagbo, aujourd'hui incarcéré à la Haye, Essy Amara peut compter, outre des militants du Pdci qui rejettent la candidature unique de M. Ouattara au sein du Rhdp, sur des indécis du Fpi qui voient en l'ancien maire de Kouassi-Datékro, une alternative aux élections présidentielles d'octobre 2015. «Je suis le candidat de la réconciliation et je ne veux pas fermer toutes les portes(...). Mon ambition, c'est l'éthique en politique en Côte d'Ivoire», déclarait-il, le 22 mai dernier, sur Radio France internationale (Rfi).

 

Kouadio Konan Bertin dit ''KKB'': Le ''soldat perdu'' qui veut commettre un parricide.

Le député de Port-Bouët, Bertin Kouadio Konan dit ''KKB'' est celui même qui ne mâche pas ses mots quand il est question de la candidature unique de Ouattara. À l'encontre de Henri Konan Bédié (HKB), KKB est encore plus critique. Et pourtant, entre ces deux personnalités et lui, il y a quelques années encore, des liens existaient. Ancien président des jeunes du Pdci-Rda, Kouadio Konan Bertin saisissait toutes les tribunes pour encenser et défendre son ''père'' HKB. Recevant Mme Henriette Konan Bédié, venue présenter ses condoléances à son épouse, le candidat déclaré à la présidentielle de 2015 a réitéré ses motivations: «Je veux venger mon père Bédié injustement chassé du pouvoir en décembre 1999». Sa candidature au poste de président de son parti, lors de son 12è congrès, a été perçue comme un ''parricide'' par des partisans de Bédié. Mais, le député de Port-Bouët est dans une logique: Ne pas laisser le Pdci à la remorque du Rdr. Il ne croit donc pas aux affirmations de M. Bédié sur la question de l'alternance en 2020 au profit de son parti. «Il s'agit d'un mirage, d'un rêve. Bédié veut se donner bonne conscience pour rassurer ses militants», disait-il dans une interview à Jeune Afrique fin février 2015. Des sorties qui inclinent le président Bédié à dire de lui qu'il est '' un soldat perdu''.

 

Tiburce Koffi: Le protestataire

" Bé djran ndê si'n, bé djran man sran si'n " ou ''Epouse une cause, ne suis pas un homme''. C'est un proverbe Baoulé bien de Tiburce Koffi, qui résume ainsi son combat actuel contre la coalition au pouvoir. Ces propos, il les a tenus dans une contribution parue chez le confrère ''Le Nouveau Réveil'', publiée le 15 janvier 2011. C'était en pleine crise post-électorale. Il avait déjà tourné dos à son ami Laurent Gbagbo qui refusait de reconnaître sa défaite aux élections de 2010. Dans cette constance qu'on pourrait qualifier de principe directeur chez cet universitaire, l'écrivain-journaliste a pris des distances vis-à-vis du pouvoir qu'il a défendu contre Gbagbo. Depuis l'appel de Daoukro lancé par Henri Konan Bédié, Tiburce Koffi a dit non. Et pour mieux l'exprime (...)

Lire la suite sur L'Inter


Rfi Félix Houphouët-Boigny Henri Konan Bédié Laurent Gbagbo Alassane Ouattara KKB Kouadio Konan Bertin HKB Banny Tiburce Koffi Pdci Rhdp Fpi Côte d'Ivoire Port-Bouët Yamoussoukro Divo Daoukro Baoulé Bété France Paris Afrique Bceao présidentielle réconciliation candidature élections opposition




Educarriere sur Facebook