Comment Versus Bank a retourné la situation


Un second plan stratégique 2016-2018 est lancé pour préparer la privatisation.
  • Source: jeuneafrique.com
  • Date: vend. 29 mai 2015
  • Visites: 3357
  • Commentaires: 0
Condamnée à une mort certaine il y a cinq ans, la banque publique a réussi à se redresser. Mais pas question de baisser la garde.

Assis dans ses bureaux de l'immeuble de la Caisse de retraite par répar­tition des agents d'encadrement de l'Union monétaire ouest-africaine (CRRAE-UMOA), Guy Koizan, le directeur général de la banque publique Versus Bank, savoure sa joie d'avoir pu parvenir à redresser l'établissement en moins de quatre ans. Mais le plus dur reste à venir. Car après la liquidation de la Banque pour le financement de l'agriculture (BFA), Versus Bank, contrôlée à 100 % par l'État ivoirien, fait partie des quatre établissements bancaires à capitaux publics privatisables, aux côtés de la Banque nationale d'investissement (BNI), de la Caisse nationale des caisses d'épargne et de prévoyance (CNCE) et de la Banque de l'habitat de Côte d'Ivoire (BHCI).

Marchés publics

Nommé à la tête de Versus Bank en 2011, à la sortie de la crise postélectorale, Guy Koizan, fin connaisseur du marché bancaire local avec trente années d'expérience, a d'abord mis en oeuvre pour 2012-2015 un plan stratégique ciblant le financement des PME. Le volume de crédits accordés à celles-ci est passé de 14 milliards de F CFA en 2011 à plus de 50 milliards de F CFA en 2014 (de 21,3 millions à plus de 76 millions d'euros), soit une progression de plus de 350 % en l'espace de trois exercices. La floraison de marchés publics, notamment dans le BTP, et les grands chantiers d'État (construction du troisième pont d'Abidjan, réhabilitation du réseau routier...) ont également profité à Versus Bank, qui a financé les entreprises dans le cadre du Programme présidentiel d'urgence (PPU).

Parallèlement, la banque s'est orientée vers les particuliers, une clientèle passée de 2 200 personnes en 2011 à 6 000 individus en 2014. Ces nouvelles orientations ont permis de faire progresser le total de bilan de 35 milliards de F CFA en 2010 à plus de 48 milliards en 2014, soit une progression de près de 40 %. Dans le même temps, les ressources collectées auprès de la clientèle ont connu une hausse de 38 %. Une montée en puissance que traduit l'évolution des bénéfices. L'exercice 2014 s'est soldé par un résultat positif de 625 millions de F CFA, quand il était estimé à 221 millions en 2011...

Lire la suite sur jeuneafrique.com




Banque orientation Côte d'Ivoire client Abidjan PME marchés publics BHCI ivoirien crise postélectorale permis



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour