Crise au FPI : Depuis La Haye, Blé Goudé très inquiet


Charles Blé Goudé a appelé les belligérants du Fpi à imiter les cadres de l'opposition en 2010 qui ont fait fi de leurs différends pour les chasser du pouvoir (Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 10 avr. 2015
  • Visites: 2116
  • Commentaires: 0
La crise interne qui secoue le Fpi, depuis le 22 mai 2014, préoccupe Charles Blé Goudé.

Depuis le pénitencier de La Haye, le fondateur du Congrès panafricain des jeunes patriotes (Cojep) qui avait déjà indiqué la voie «de la discussion et du dialogue pour une sortie de crise rapide et honorable», exprime, dans une déclaration de presse dont copie nous est parvenue ce mercredi 8 avril, son regret de n'avoir pas été suivi. Blé Goudé déplore même que les choses se soient envenimées au point qu'aujourd'hui, les positions de chaque camp se sont davantage cristallisées. «Les camarades d'hier sont devenus des frères ennemis qui semblent avoir emprunté deux chemins de non-retour diamétralement opposés. Chacun se prévalant de sa raison campe sur sa position. Plus préoccupant encore, par la force des choses, cette crise est sortie du cadre purement interne avec l'implication et l'activisme suspects d'acteurs politiques extérieurs et d'individus non membres du Fpi», analyse-t-il. Puis, de dévoiler une manœuvre de «mains extérieures», qui ne souhaitent pas voir, selon lui, le Fpi tourner la page de sa crise. «Ils n'agissent ni dans l'intérêt du Premier Ministre Pascal Affi N'guessan, ni dans l'intérêt du Fpi qu'ils veulent tous voir affaibli pour diverses raisons, à défaut de le voir disparaître, encore moins dans l'intérêt du président Laurent Gbagbo dont ils rêvent de la mort politique. Seul aux myopes politiques que peut échapper un tel traquenard grossier. C'est en toute logique que cette crise portée devant une justice s'est présentée comme une aubaine, un cadeau royal doublé d'un plaisir immense qu'aucun chef d'Etat à la place d'Alassane Ouattara n'aurait boudé», estime-t-il.

Le pensionnaire de la prison de Scheveningen depuis le 22 mars 2014, date de son transfèrement à La Haye, dénonce par la suite « des arrestations sélectives de responsables du Fpi », ainsi que l'interpellation de Marie Odette Lorougnon. Des faits qui, dira-t-il (...)

Lire la suite sur L'Inter


Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Affi N'guessan Charles Blé Goudé Odette Lorougnon Fpi Cojep La Haye




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour