Football - Eléphants : Wilfried Bony, la main sur le coeur


(Photo d'archives)
  • Source: sport-ivoire.ci
  • Date: sam. 04 avr. 2015
  • Visites: 3362
  • Commentaires: 2
Un contrat de 40 millions d'euros. C'est le montant du transfert de Wilfried Bony à Manchester City. Un grand saut pour un niveau plus haut et un salaire plus important qui ne fait pas tourner la tête de l'international ivoirien.

De la Cité Policière d'Abidjan-Plateau à la populeuse commune d'Abobo, Bony n'a pas oublié ses racines où il se ressource à chaque trêve du championnat anglais. L'un de ses plus proches raconte l'homme « de cœur et de parole » qu'est resté son ami et frère. « J'ai rencontré Wilfried (Bony) en avril 2000 alors qu'il était en famille à la Cité Policière au Plateau. Il évoluait alors au Centre Cyril Domoraud. A l'école de la Gendarmerie j'allais voir un autre jeune joueur mais je suis tombé sous le charme de Wilfried Bony que je trimbalais dans tous les tournois de maracana (football avec des buts réduits) de la ville d'Abidjan », a indiqué Désiré Anouman Kacou Koffi considéré comme le premier agent et manager de l'attaquant de Manchester City.

Selon ce proche de l'attaquant des Eléphants de Côte d'Ivoire, Wilfried Bony a débuté en tant que défenseur central au Centre Cyril Domoraud, avant de prendre conscience de ses qualités de buteurs, sur espace réduit. « Wilfried, lorsqu'il a commencé à s'intéresser au football, était un très bon défenseur. C'est après avoir gouté au maracana qu'il a pris conscience de ses qualités de technicien et de buteur »

 

1000 Frs Cfa, la première prime de Bony

 

Sous les couleurs de DJ Matrix FC, l'un des premiers clubs qui a révélé Wilfried Bony au public des quartiers de la ville d'Abidjan, il n'avait droit qu'à 1000 Frs Cfa de prime. Une paie que Bony touchait sans broncher, pour amour du football, mais également par respect pour celui qui réussissait à lui trouver une place dans l'équipe. « Après la Cité Policière d'Abidjan-Plateau, la famille de Bony a aménagé à Abobo PK18. Je faisais venir Wilfried à Yopougon pour participer à des tournois de maracana contre 500 ou 1000 Frs Cfa. Une prime dérisoire qui n'a jamais entamé sa confiance. Au contraire, le maracana lui a permis d'aiguiser sa technique », révèle-t-il.  C'est donc sur les terrains sableux que Wilfried s'est initié au fameux flip-flap de Ronaldinho. « Le flip-flap, Wilfried le faisait très souvent et aisément. Ses admirateurs l'appelait le “serpent“ mais lui l'a baptisé “Anaconda“ parce qu'il réussit à le faire des deux pieds simultanément », nous a confié Désiré Anouman. Un geste qui ne l'a pas éloigné de son idole, Ronaldo, dont il portait la chaussure à chaque occasion.

 

Bony, le père des démunis

Couvé par sa mère, Marie-Jeanne, et épaulé par son père, Papa Amédée, Wilfried a vécu la misère des autres et « a juré de leur venir en aide lorsqu'un jour, il deviendrait un footballeur professionnel », indique un collaborateur de son agent, Francis Kacou. « Il n'avait pas tant de possibilité que cela lors de son passage au Sparta Prague et les autres clubs européens qu'il a connu. Mais arrivé à Swansea, alors Liverpool l'avait snobé, Bony est venu nous voir pour partager sa volonté d'offrir 30 millions de Frs Cfa aux enfants les plus démunis du pays, les Eglises, les Mosquées, les centres hospitaliers », a indiqué M. Clovis.  Une idée mise en forme puis en œuvre en décembre 2014 dernier à travers les communes d'Abidjan avec le slogan “CARAVANE LOIN DE VOUS, PRÊT DE VOUS“. Une tournée qui a débuté le 14 décembre 2014 et qui est passée par Abobo PK18, l'a où le joueur a passé une partie de son enfance. « Bony n'a jamais oublié ni sa famille, ni ses amis, ni là d'où il vient. La preuve, en décembre dernier, après la caravane de bienfaisance, il a offert une nouvelle voiture à sa mère et une autre à son ami Désiré Anouma. Il fait des dons anonymes. C'est une manière pour lui de redistribuer ce que Dieu lui a donné, nous-a-t-il confié », a indiqué Ibrahim Warry, le président du Fan Club Bony Wilfried. La preuve, c'est que l'attaquant de Manchester City a décidé de prendre en charge l'opération d'un jeune garçon de la commune de Koumassi (Abidjan) atteint d'éléphantiasis. Un acte fort qui selon, des proches du joueur, guide les pas de Wilfried Bony vers une grande gloire, malgré sa personnalité effacée en dehors des terrains.

Patrick GUITEY




Yopougon footballeur Eléphants Bony Wilfried Wilfried Bony Ronaldo Manchester City Côte d'Ivoire Abidjan Plateau Abobo Koumassi



Educarriere sur Facebook