Présidentielle 2015 / Tiburce Koffi : « Ouatarra sera amèrement surpris par le jugement des urnes »


Fourré dans son manteau, Tiburce Koffi dit être heureux pour l'heure dans le froid, que de subir ces pollutions en Côte d'Ivoire.
  • Source: Soir Info
  • Date: mer. 25 fév. 2015
  • Visites: 4124
  • Commentaires: 0
A la suite du pré-congrès éclaté du Pdci-Rda qui s'est déroulé, le samedi 21 février 2015 sur l'ensemble du territoire national et qui consacre le « Oui » à l'Appel de Daoukro lancé par le président, du Pdci, Henri Konan Bédié, nous avons, le lundi 23 février 2015, interrogé via le net Tiburce Koffi qui s'était montré virulent, critique à l'égard de cet appel.

Il a bien voulu donner ses sentiments sur ce plébiscite en faveur de la candidature de Ouattara. Et aussi sur de graves accusations portées sur sa personne par Touré Mamadou ( Conseiller technique du Président de la République chargé de la jeunesse, des sports et des loisirs). Et cela, sans langue de bois. Comme à son habitude.

 

Le pré-congrès éclaté du Pdci sur l'Appel de Daoukro lancé par Bédié, s'est fait le samedi 21 février 2015. Et on note ce qu'on pourrait appeler un raz-de-marée pour le « Oui ». Quels commentaires faites-vous justement de ce résultat?

Entendons-nous bien. Je ne suis pas militant du Pdci-Rda. Je n'y ai jamais milité. Et il est fort évident que jamais je ne militerai au Pdci-Rda, un parti politique qui ne m'a jamais intéressé. Dans le fond, je ne suis pas fait pour militer au sein d'un parti politique. J'ai essayé avec l'Usd, par sympathie pour le Maître Zadi qui m'a ‘‘récupéré'' in extremis au moment où Laurent Gbagbo était sur le point de me ‘‘prendre'' pour le compte du Fpi. Mais même à l'Usd, un parti sage, modéré, je n'ai pas pu rester et j'ai rendu démission, afin d'être libre. Donc, vous pouvez comprendre que les problèmes du Pdci-Rda ne puissent pas m'intéresser.

 

Mais ne ressentez-vous tout de même pas une certaine frustration et le sentiment d'un échec de votre volonté qui était de ne pas voir se concrétiser l'Appel de Daoukro?

Non. Mon livre n'est pas un appel lancé au Pdci-Rda pour ne pas qu'il obéisse à M. Bédié. C'est une libre et simple opinion citoyenne sur un sujet d'actualité et d'intérêt national. Je n'attendais pas du Pdci-Rda ni d'un quelconque citoyen de ce pays qu'il ne respecte pas « l'Appel de Daoukro ». Même ma propre famille biologique, frères et sœurs, cousins, neveux, oncles, et autres, acquise à la cause de Bédié ou de Ouattara, n'est pas d'accord avec moi sur cette question. C'est dire qu'elle n'est pas impliquée dans mes prises de position intellectuelle.

 

Pourriez-vous à présent revenir à notre question ?

Je voudrais d'abord également préciser que je n'ai pas non plus écrit ce livre pour Essy Amara, ni pour KKB et Jérôme Brou, ni même pour Charles Konan Banny. Je l'ai écrit tout bêtement et simplement parce que j'ai un cerveau. Et que, au contraire de beaucoup de cadres de ce pays, j'aime utiliser mon cerveau à réfléchir plutôt que suivre les autres comme un mouton. J'ai écrit ce livre pour donner librement mon point de vue sur une question d'intérêt national, comme cela se fait dans un pays normal. Parce que je croyais que la Côte d'Ivoire était un pays normal... En gros, le point de vue du Pdci-Rda sur «l'Appel de Daoukro » ne m'interpelle pas et ne m'intéresse pas et il ne change rien à mes thèses.

 

Que dites-vous du mode de vote qui s'est fait à main levée à l'occasion de ce plébiscite ?

Je ne sais pas comment cela s'est passé, et ça ne m'intéresse pas. Écoutez, ici, j'ai du travail. J'écris beaucoup en ce moment. Et je joue aussi beaucoup de la guitare. Les nègreries de sous-développés ne m'intéressent vraiment pas !!!

 

Mais à propos de ce plébiscite qui note que Ouattara sera investi candidat du Pdci-Rda, n'est-ce pas que le président sortant court là vers une victoire assurée à l'occasion de l'élection présidentielle prochaine ?

Ça, en revanche, c'est moins sûr. Je vous le répète, qu'ils disent tous oui à l'Appel de Daoukro le jour, face à la presse et la nuit, ils maudissent Bédié et Alassane. Même les ministres du Pdci-Rda se comportent comme ça. (…). Ils savent que s'ils disent la vérité, ils seront limogés. Alors, ils jouent le jeu. Qui est fou ? Et ils ont raison. Après tout, le vote est individuel et secret. C'est là-bas que cela se passera, et non devant les caméras. Et, je vous le dis, Ouattara sera amèrement surpris par le jugement des urnes ! Demandez un peu à Gbagbo ! Tous les leaders baoulés de la Lmp avaient reçu des garanties de la part des paysans du centre, qu'ils voteraient pour Gbagbo. Et les refondateurs et tous leurs alliés, étaient confiants, malgré ce que je leur disais, quant à la réalité des votes dans les urnes. Ils ont vu ce qui s'est passé au dernier moment.

 

Mais Ouattara n'est pas Gbagbo...

Ce sera les mêmes choses avec Ouattara. Pour le moment, il y a la peur des représailles. Le limogeage, les armes, la violence des hommes armés du régime, etc. Face à tout cela, il faut être malin et dire ‘‘Oui, à l'Appel de Daoukro. « Bravo !Vive Bédié !Vive Ouattara ! » Le moment venu, dans les urnes, ce sera ‘‘A bas Bédié ! A bas Ouattara !!! » Et c'est comme cela que ça va se passer. Disons-le nettement, ce que le Pdci-Rda fait actuellement est purement ridicule et honteux. Ils vont en pleurer demain.

 

Pourquoi ? En retour, le Rdr a promis le pouvoir au Pdci en 2020, dans le cadre de l'alternance...

Il faut être d'une naïveté étonnante ou d'une rare inculture en politique pour croire à de telles balivernes. D'un, le pouvoir ne se donne pas, il se conquiert. C'est le B-a ba de la politique. De deux, en 2020, Hamed Bakayoko, Guillaume Soro, Dr Mabri Toikeuse, Anaky, Gnamien Konan, seront en pleine maturité politique et dotés de moyens financiers considérables. Au nom de quoi, ces cadres, qui ont donné la preuve de leurs compétences sur le terrain, et qui plus, ont une cote de sympathie et un électorat réel, donneraient-ils le pouvoir à des militants bureaucrates du Pdci-Rda, incapables d'aller conquérir un pouvoir d'État ? Enfin, troisième argument qui relève du bon sens théorique, c'est qu'en 2020, selon les termes de « l'Appel de Daoukro », il n'y aura plus ni Pdci ni Rdr, mais un seul parti unifié. Conséquemment, tous les cadres iront à la compétition. Le pouvoir politique, ce n'est pas comme ''gbofloto'' que des enfants doivent se partager.

 

Mais dites-nous, est-il encore sage pour Essy Amara, Banny et KKB, de maintenir leurs candidatures sans caution de leur parti qui a déjà choisi son cheval en la personne de Ouattara ?

Dites-le moi. Imaginez-vous Kong ou un seul village du Nord, choisir de voter pour un Konan ou un Essy, quand il y a un Ouattara en lice ? Non. Ce sera la même chose ailleurs. Chez Essy, les gens voteront pour Essy. En pays baoulé, les gens voteront pour Konan. Ils ne trahiront jamais un Konan pour un Ouattara. De même qu'à Kong, Ouattara fera 100%, de même que chaque candidat réalisera le plein de vote chez lui. C'est aussi simple que cela.

 

Quelle attitude devraient-ils à présent adopter, selon vous ? 

Posez la question à leurs directeurs de campagne. Je ne suis pas un militant de parti, ni leur direc (...)

Lire la suite sur Soir Info


Henri Konan Bédié Laurent Gbagbo Guillaume Soro KKB Hamed Bakayoko Anaky Gnamien Konan Banny Touré Mamadou Ouattara Tiburce Koffi Pdci Fpi Côte d'Ivoire Daoukro élection présidentielle candidatures




Educarriere sur Facebook