Liquidation d'entreprises publiques : L'État recherche 9 milliards Fcfa


L’État a décidé, au titre de l'année 2015, de se débarrasser d'une vingtaine d'entreprises publiques. (Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 30 janv. 2015
  • Visites: 1903
  • Commentaires: 0
8,938 milliards de Fcfa, c'est le montant de l'enveloppe que le gouvernement ivoirien a prévu au titre des recettes de privatisation et inscrit au budget 2015.

Selon une source qui livre cette information, la stratégie de l'État pour mobiliser ces ressources sera de céder les entreprises de son portefeuille qui ne lui rapportent plus grand-chose. Au nombre de ces sociétés, figurent en bonne place les entreprises du secteur bancaire.

A la vérité, cette volonté affichée par les autorités ivoiriennes de vouloir sortir du capital de certaines banques n'est rien d'autre qu'une injonction des institutions de Bretton Woods qui veulent que l'État se désengage du secteur financier. On se souvient encore du discours tenu par le chef de l'État, Alassane Ouattara, en février 2012, lors de sa visite d'Etat sur les bords de la Seine, précisément devant le patronat français, au cours de laquelle il a évoqué la privatisation des banques d'État comme la Bni (Banque nationale d'investissement), la Bfa (Banque pour le financement agricole), la Bhci (Banque de l'habitat de Côte d'Ivoire), la Cnce (Caisse nationale des caisses d'épargne), Versus Bank.

De retour en Côte d'Ivoire, un audit de plusieurs structures a été réalisé. Les résultats de cet audit ont conforté l'État dans sa position de privatisation, outre les banques, d'entreprises de divers secteurs d'activités. Cela est palpable avec la liquidation de la Bfa qui a commencé depuis l'année dernière. Outre les banques, l'État veut également se débarrasser de plusieurs entreprises publiques. Cette intention a été formulée au cours d'un récent conseil des ministres tenu en janvier 2015 à Abidjan-Plateau. D'où des réflexions qui sont déjà engagées en ce qui concerne un certain nombre d'entreprises. Il s'agira, selon certaines indiscrétions, pour l'État de céder totalement les actions qu'il détient dans ces entreprises publiques, ou une partie de ses actions au privé.

Quand bien même la rumeur est persistance en ce qui concerne certaines entreprises de la place, dont nous préférons taire les noms, des voix proches de ces structures ont refusé de se prononcer sur la question. En attendant d'avoir officiellement la liste exhaustive des entreprises concernées par cette liquidation, il faut noter que tout ce remue-ménage répond à un besoin de ressources de l'État. Cela se marque par la présence constante de l'État sur le marché financier, à travers des opérations d'emprunts obligataires. En effet, en plus de la sollicitation du m (...)

Lire la suite sur L'Inter


Alassane Ouattara Côte d'Ivoire Abidjan Plateau gouvernement conseil des ministres budget Bhci




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour