Côte d'Ivoire : circulez !... Si vous le pouvez

  • Source: jeuneafrique.com
  • Date: sam. 17 janv. 2015
  • Visites: 2425
  • Commentaires: 0
Les Abidjanais passent leur vie dans les embouteillages, même si le troisième pont vient d'ouvrir. Le développement des réseaux de bateaux-bus et le futur train urbain changeront-ils la donne ?

Pour les automobilistes comme pour les usagers des bus et des taxis, se déplacer dans Abidjan reste un cauchemar. Malgré les voies de contournement et le plan de circulation élaboré par le gouvernement, les goulets d'étranglement sont légion dans toutes les communes de la ville : du boulevard du Général-de-Gaulle, à Adjamé, à celui des Martyrs, à Cocody, en passant par le boulevard Principal de Yopougon jusqu'à l'infernal boulevard Valéry-Giscard-d'Estaing (VGE), à Marcory, les Abidjanais vivent en permanence dans les embouteillages.

Un fléau que ne résout que ponctuellement le troisième pont sur la lagune, inauguré à la mi-décembre. Réalisé par le groupe français Bouygues via sa filiale, la Société de construction du pont Riviera-Marcory (Socoprim), pour un coût estimé à 125 milliards de F CFA (190,5 millions d'euros), le pont à péage Henri-Konan-Bédié permet tout de même de désengorger les ponts Charles-de-Gaulle et Houphouët-Boigny, en reliant le quartier de La Riviera, à Cocody, à la commune de Marcory. Long de 1,5 km en 2 × 3 voies (comprenant 21 guichets de péage), l'ouvrage est prolongé au nord par 2,7 km de route en 2 × 2 voies (jusqu'au boulevard Mitterrand) et au sud, à Marcory, par 2 km en 2 × 3 voies (jusqu'au boulevard VGE).

Pour se déplacer mieux et plus rapidement, les Abidjanais comptent sur l'amélioration du réseau de bateaux-bus et, plus encore, sur le futur train urbain, dont les travaux devraient commencer en 2015. C'est au consortium franco-coréen composé des groupes Bouygues (pour le génie civil), Dongsan Engineering et Hyundai Rotem Company (pour les rames et la sécurisation du réseau) que le gouvernement ivoirien a confié, en avril, la réalisation de ce chantier, dont le coût est évalué à 1 milliard d'euros. La première phase du projet porte sur 37,5 km de voies ferrées entre Anyama (banlieue nord) et l'aéroport international Félix-Houphouët-Boigny de Port-Bouët (au sud) en traversant le centre de la capitale et la zone sud...

Lire la suite sur jeuneafrique.com




Yopougon Bédié Abidjan Cocody Port-Bouët Adjamé Riviera Marcory VGE gouvernement péage développement ivoirien



Educarriere sur Facebook