Quantcast
Document sans titre
Suivez nous sur

 
NOUVEAU SITE
Education et Formation
Enseignement supérieur : Dans la galère des étudiants de l'Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody


Des étudiants qui font cours à ciel ouvert !
Source : linfodrome.com
Date : mer. 23 janv. 2013
» Plus d'actualités
» Les plus lues
» Les plus commentées
Imprimer cet article


Espace vert, bâtiments flambants neufs, environnement propre et sain, salles de cours climatisées, etc. L'Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody dispose d'énormes atouts pour séduire et plaire au premier venu. Mais une fois à l'intérieur, la réalité est tout autre et l'on comprend mieux le sens de la boutade de cet étudiant en Anthropologie trouvé au restaurant du campus: « L'université a été rétablie dans la forme mais pas dans le fond ».


Parcours du combattant pour se restaurer

"Bienvenue en enfer". C'est avec cette boutade que nous avons été accueillis ce vendredi 11 janvier 2013 au restaurant de l'université Félix Houphouët-Boigny de Cocody. Mais avant, le premier restaurant que nous rencontrons sur notre chemin, c'est "la cafétéria de l'université'' située juste à côté du département de math-info. A l'entrée, un tableau affichant les prix des plats attire tout de suite notre attention. Lait caillé : 500f CFA, Sucrerie : 1000f CFA, Plat de riz : 1000 f CFA, ainsi de suite. Des prix qui sonnent bien évidemment pour les étudiants comme un obstacle à la fréquentation des lieux. « Pour manger ici, il me faut cotiser pendant au moins une semaine. Avant, quand le marché "Maggi" existait, on mangeait les bons plats à partir de 300f jusqu'à 600f. Mon frère garba (ndlr : Semoule de manioc vendu à bas prix) est mieux », fait entendre Ouattara S., étudiant en mathématiques.

L'espace, que nous avons trouvé quasiment plein, a pour clientèle des enseignants, quelques visiteurs et des étudiants qui ont les moyens. Il est 11h, lorsque nous arrivons au restaurant du campus. A vue d'œil, nous pensons à un point de dépôt de dossiers du centre des œuvres universitaires d'Abidjan (CROU) dont le siège est contiguë au restaurant. On sait combien le ''Kouadio'', comme l'appelaient les étudiants pour désigner le point de perception de leurs bourses payées par l'ancien directeur du CROU du nom de Kouadio. Mais, cette foule, en réalité, n'a rien à avoir avec le CROU. Un étudiant nous lance : « c'est pour manger qu'ils sont en rang comme ça on dirait des troupeaux ». Les différents côtés des deux paliers du bâtiment sont bondés de monde. Le rang arrive jusqu'à la route aux abords du terrain de tennis.

Au milieu de cette foule, des étudiants se bousculent sans merci. D'autres en profitent pour infiltrer les rangs. La bagarre se crée, ils s'insultent, se tapent dessus rien que pour s'offrir un déjeuner à coût abordable pour tenir sur pied pour le reste de la journée et pouvoir continuer à suivre les cours. Dès qu'ils se rendent compte de notre présence sur les lieux, c'est la ruée vers nous.

Chacun voulant exprimer son amertume et bonjour les complaintes. « Moi, je suis là depuis 7h. Je suis sorti de chez moi à Yopougon à 4h pour avoir le premier bus. Jusqu'à présent, je suis encore dans le rang. Le restaurant ouvre à 11h30. J'ai pourtant cours à 12h. Regardez ou je suis », s'écrie un étudiant qui se fondait pratiquement au milieu de ses condisciples. Et un groupe d'étudiants en Anthropologie (ils ont insisté pour qu'on mentionne leur département), d'ajouter : « La nourriture est bonne ici, mais il faut décentraliser les restaurants. Il faut permettre à d'autres personnes de vendre la nourriture au sein de l'université. Nous sommes trop pour le seul restaurant. C'était la première des choses auxquelles les autorités devaient penser. C'est le minimum vital pour nous ». A l'espace "les palmiers", deux restaurants sont ouverts. Mais, là encore, un long rang attend. Approché, un agent de la structure privée chargée de la restauration fait savoir que le restaurant offre entre 6000 et 8000 plats par jour aux étudiants de Cocody.


Problème de bus et victime de bus

La galère des étudiants de l'université de Cocody ne s'arrête pas qu'à la restauration. Elle s'étend particulièrement au niveau du transport, où l'on compte déjà quelques victimes. En effet, la rénovation de cette institution a vu ravaler par les travaux, le quai servant de gare à la Société de Transport urbain (SOTRA) pour le transport des étudiants. Désormais, les pensionnaires des lieux doivent se rendre en face du CHU de Cocody ou à l'école de police pour attendre des autobus à des arrêts ordinaires ne disposant pas d'espace pour les accueillir. Conséquence, c'est la bousculade dès qu'un bus se présente. Chacun voulant y trouver une place pour mettre fin à l'attente interminable pour quitter les lieux. Depuis la rentrée des amphis, l'on assiste au retour d'un vieux phénomène : ''le boro d'enjaillement'' consistant à arpenter les autobus en mouvement pour se faire une place à bord.

Cette pratique rappelle le souvenir douloureux de nombreuses victimes qu'elle a faites. Notamment des élèves et étudiants écrasés par les bus et amputés pour ceux qui ont eu la chance d'en survivre. « Venez voir au quai en face du CHU de Cocody entre 16h et 17h. Vous verrez au moins 1500 étudiants pour un bus », nous confie un étudiant. L'accès à l'Université étant désormais interdit aux taxis et autres véhicules étrangers de transport en commun, le seul moyen de transport pour la plupart de ces étudiants, reste les bus. Ces bus qui s'avèrent être en nombre insuffisant pour transporter les étudiants, eu égard au manque d'espace pour les parquer et organiser les trafics comme c'était par le passé quand ils avaient accès aux quais de l'université où sont bâtis désormais des salles de cours et des amphithéâtres. D'où le marathon des étudiants depuis le CHU et l'école de Police. Plus d'un kilomètre à faire à pied pour avoir accès, pour certains, à leurs salles de cours.

Ce manque de moyens de transport, les étudiants s'en plaignent et réclament les dispositions du passé. Notamment les quais au sein de l'université, qui permettaient à chacun d'emprunter le bus qui pouvait le conduire à son quartier. Alors qu'aujourd'hui, ils sont obligés de s'exposer au soleil durant des heures pour attendre un bus. Sans savoir comment ils pourraient s'en sortir bientôt quand va s'annoncer la saison des pluies. Il y a quelques semaines, le grand désordre que cette situation crée devant le CHU de Cocody a fait une dernière victime. Un étudiant en droit qui a eu ces deux jambes broyées par un bus et dont certains annoncent son amputation et d'autre sa mort. Outre ces dégâts corporel, il y a l'engorgement que ce même désordre occasionne avec les embouteillags avec la route bouchée par la foule de passagers attendant les bus. Même des ambulances transportant des malades ont du mal à se frayer un chemin.


Toilettes non fonctionnelles et absence d'infirmerie

A ces soucis, s'ajoute le manque d'infirmerie, de toilettes qui demeurent encore fermées ou non fonctionnelles, parce que manquant encore d'eau. A propos de l'eau, dur dur là aussi pour les étudiants qui éprouvent le besoin de se désaltérer. Point d'endroit pour se soulager. Aucun point de vente d'eau à boire ni de boutique sur le campus comme par le passé. Toute chose qui crée le malaise et fait monter la grogne sur le campus de Cocody où il faut redouter un mouvement d'humeur amplifié un matin. Des situations embryonnaires du genre ayant déjà été tentées sur les lieux, malgré la fierté que les étudiants ne cachent pas pour leur cadre de formation réhabilité. Beaucoup disent du ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique Cissé Ibrahim Bacongo de parachever son œuvre pour améliorer leurs conditions de vie sur le campus. « Il ne faut pas attendre le jour où le bus va écraser plusieurs étudiants comme ce fut le cas du récent drame au Plateau où il y a eu plus de soixante morts, pour venir jouer le médecin après la mort. C'est maintenant que le gouvernement doit prendre les mesures nécessaires pour améliorer notre condition de vie sur la ''fac''. Si j'ai une diarrhée actuellement, je fais quoi? Si je tombe ici le temps même qu'on puisse me transporter à un médecin, je serais déjà mort. Puisqu'il n y a aucun moyen de transport », résume Achy, un étudiant indigné, qui s'est confié à nous.


Des étudiants dans les gazons

Les étudiants du Département de Lettres modernes se demandent bien s'ils ne sont pas les plus lésés dans cette affaire de ''départ nouveau''. Cumulard de plusieurs années blanches depuis plus d'une décennie et du manque criant d'amphithéâtres pour les cours, ce département est aujourd'hui le dernier à démarrer les cours. Si au dire du ministre Bacongo les cours devaient commencer au même moment dans toutes les facultés (ce qui a d'ailleurs été le cas des départements de Criminologie, de Droit et des Sciences économie où certaines compositions sont déjà programmées, ce n'est pas le cas pour leur voisin des Lettres. Les étudiants de cette filière n'ont bénéficié de leur premier cours de l'année académique en cours 2012/2013 que le vendredi 11 janvier dernier à l'amphi 7 de l'Université où le professeur était obligé de donner le cour à tue-tête faute de micro et de tableau dans la salle.

Ces étudiants qui ont dit placer beaucoup d'espoir en ce "Départ nouveau'' clamé par le ministre, disent se sentir ''oubliés'', ''délaissés'' et ''lésés". Car, ici, on revient dans les mêmes problèmes. « Pendant que nos camarades composent, c'est maintenant que nous commençons les cours. On ne dispose même pas d'assez d'amphis. Notre prochain cours du mardi a été reporté au mercredi parce que des gens composent dans la salle le même jour. Je me demande bien si ce département n'est pas maudit? », s'interroge Laetitia, étudiante en lettres. Nous nous apprêtions à quitter ce département, lorsqu'un fait bizarre attire notre attention. Un professeur dispense les cours à des étudiants assis dans le gazon au département d'espagnol. « Il y a un manque d'amphis, donc ces étudiants de première année sont obligés de faire le cour dehors. Je vous parle pour que vous puissiez faire écho des réalités que nous vivons ici. Quand la télévision passe ici elle ne montre pas les vraies facettes de ce que nous vivons ici. Dieu est tellement merveilleux vous avez vu ça de vos propres yeux aujourd'hui. Est-ce que le président de la République sait que des étudiants ivoiriens prennent cours dans le gazon en ce moment? » s'est interrogé l'enseignant qui a requis l'anonymat.


L'ouverture des chambres en Février

Lors de la rencontre qu'il a eue avec le personnel, le vendredi 11 janvier 2013, le Directeur du Centre des œuvres universitaires d'Abidjan (CROU), Kader Soumahoro, a promis tout mettre en œuvre pour que les étudiants puissent avoir accès aux chambres déjà réhabilitées dans leur ensemble d'ici le mois de février. Pour ce faire donc, il a dit vouloir donner une dernière chance aux étudiants n'ayant pas encore déposés leur dossier de demande de résidence universitaire (puisque la date limite était le Jeudi 10 janvier dernier) de le faire à partir d'une date qu'il rendra public dans la semaine du 14 janvier. Une nouvelle qui vient bien évidemment réjouir plus d'un étudiant. « Ça sera un grand soulagement. On n'aura plus besoin de se lever à 4h du matin pour attendre un bus. On pourra manger, se soulager et se reposer comme on veut. Vivement que cette souffrance prenne fin. Je prie Dieu que mon dossier soit retenu », se réjouit Soro F étuddiante en Anglais, en attendant que la promesse faite devienne une réalité.


Korona SEKONGO (stg)


PUBLICITE

Autres articles
Education nationale : les vraies raisons de l'immatriculation des élèves du primaire  Le Democrate  - Il y a 16 heures
Education / Examens de fin d'année 2014 : Voici le calendrier  L'Intelligent d'Abidjan  - lun. 14 avr. 2014 [5 Commentaires]
Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody : Gnamien Konan annonce des caméras de surveillance  Nord-Sud  - vend. 11 avr. 2014 [1 Commentaires]
Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody : Les étudiants crient leurs souffrances à Gnamien Konan  L'Inter  - vend. 11 avr. 2014 [1 Commentaires]
Education nationale : Mesmin Comoé (SG du MIDD) dit tout  Le Democrate  - jeu. 10 avr. 2014
 



    OFFRES D'EMPLOI DU JOUR


50 TELEOPERATEURS
Date limite : 18/05/2014
(01)CONSULTANT
Date limite : 30/04/2014
RÉDACTEUR CONCEPTEUR (STAGE PRE-EMPLOI)
Date limite : 23/04/2014
TECHNICIEN SUPERIEUR EN AGRICULTURE
Date limite : 30/04/2014
DEUX (2) COMMERCIAUX
Date limite : 30/04/2014
Toutes les Offres d'emploi



    TOP ARTICLES DE LA SEMAINE


Les plus lus
Les plus commentés
MACA : De graves révélations sur Yacou le chinois - Son rôle, ses connexions [Lue 6068 fois]
L'Inter  - lun. 14 avr. 2014
Education / Examens de fin d'année 2014 : Voici le calendrier [Lue 3397 fois]
L'Intelligent d'Abidjan  - lun. 14 avr. 2014
Cour pénale internationale : Une décision capitale attend Gbagbo, mardi [Lue 3343 fois]
Soir Info  - lun. 14 avr. 2014
Entretien d'embauche : 5 signes qui disent que vous aurez le job [Lue 3242 fois]
Cadremploi.fr  - lun. 14 avr. 2014
Gouvernance : Palabre entre des ministres et leurs DG - Les DAAF fuient leurs patrons - Ouattara met de l'ordre [Lue 2721 fois]
L'Inter  - mar. 15 avr. 2014
 





Actualités Emploi Formation Entrepreneuriat Nos Concepts Nos Services
Global Management Challenge
Guide de l'Entrepreneur Les Trophées de l'Excellence
Investir en 2012    
Economie & Finance E-Business Plan    
Sciences et Technologies DRH Corner      
Sports Conseils RH      
Politique          
Santé          
Arts et Culture          
Copyright © 2004-2013 - Educarriere.net - Tous droits réservés - Tél : 22 44 44 48
Hotlines & M-payments : 57 14 14 14 – 55 14 14 14 – 41 41 14 14 - Email : ci@educarriere.net