Quantcast
Document sans titre
Suivez nous sur

 
NOUVEAU SITE
Education et Formation
Dossier / ENA, ENS, INFAS, INJS, INPHB, IPNETP, INFS, ARSTM, ENSEA,... : Ce qui attend les futures candidats

Source : Le Mandat
Date : jeu. 07 juil. 2011
» Plus d'actualités
» Les plus lues
» Les plus commentées
Imprimer cet article


Ayant fait un passé récent, la fierté de la Côte d’Ivoire, les grandes écoles d’enseignement professionnel et technique, construites par l’Etat ivoirien ont perdu de leur crédit. Surtout avec l’arrivée du régime des frontistes. Une situation à laquelle, il faudra rapidement trouver une solution afin de garantir l’insertion sociale des étudiants après leur formation, aussi bien au pays qu’au-delà de ses frontières.

Autrefois, être un produit de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de La Mer (ARSTM), de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), de l’Ecole Nationale Supérieur de Statistique et d’Economique Appliquée (ENSEA), de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS), de l’Institut National Polytechnique Houphouët-Boigny (INPHB), de l’Institut Nationale de Formation des Agents de La Santé (INFAS), de l’Institut Nationale de Formation Sociale (INFS), de l’Institut Nationale Supérieure des Arts et de l’Action Culturelle (INSAAC) ou même de l’Institut Pédagogique National de l’Enseignement Technique et Professionnel (IPNETP) garantissait une porte d’entrée dans le tissu socio-économique. Ces grandes écoles publiques, à l’image de celles existantes en Europe, pour joindre au savoir, le savoir-faire et le savoir être créées par l’Etat de Côte d’Ivoire, à côté des universités publiques qui donnent la formation classique constituaient de véritables portes d’entrée dans l’Administration Publique ivoirienne.

Emploi garanti ?

Tout étudiant qui sortait de l’un de ces établissements avait automatiquement l’assurance de se frayer un chemin dans la vie active. La preuve, la majorité des hauts fonctionnaires de l’Etat de Côte d’Ivoire doivent leur réussite sociale à la qualité des enseignements dispensés dans ces établissements qui, en plus des Ivoiriens, recevaient des non nationaux. C’était le cas de l’École Nationale d'Administration, chargée de former les cadres moyens et supérieurs de l'Administration Publique ivoirienne. Créée en 1960, après l'indépendance du pays, elle est placée sous la tutelle du ministère de la Fonction Publique et de l'Emploi. Cette école forme dans plusieurs filières reparties en deux écoles, dont l'Ecole de la Gestion Economique et Financière (EGEF) et l'Ecole de la Gestion Administrative et de la Diplomatie (EGAD). Ainsi, les cadres du Trésor Public, des Impôts, des Douanes, du ministère du Commerce et du ministère de l'Economie et des Finances sont issus de l'EGEF. Quant à ceux du ministère des Affaires Sociales, les Officiers des Affaires Maritimes et Portuaires, les Diplomates et les Administrateurs Civils, ils ont été formés à l'EGAD deux années durant. Soit une année à l'école et la deuxième année dans une Administration Publique à laquelle l'énarque est destiné. L’accès à cette prestigieuse école se fait par voie de concours. Tout comme l’accès à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), un établissement d’enseignement supérieur, créée en 1964 et placée sous la tutelle du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Cette institution se charge de la formation et du perfectionnement pédagogique des formateurs, ainsi que de celle du personnel d’encadrement pédagogique exerçant dans l’enseignement secondaire général. La gestion pédagogique des étudiants et des professeurs stagiaires, la recherche dans le domaine de l'éducation ainsi que la production des outils et matériels didactiques, relèvent également de ses missions. Les professeurs des Arts et Lettres, des Langues, des Sciences de l’Education, des Sciences et Technologies ainsi que d’Histoire-Géographie, proviennent de cette école. Notons au passage que L’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo et son épouse Simone Ehivet Gbagbo, ont été quelques uns des fruits de cet établissement. Par contre, l’entrée à l’INP-HB se fait selon deux types de concours. Le premier concerne le cycle des Ingénieurs qui est essentiellement interne. Le second, celui des bacheliers qui fait l’objet de plus d’attention de la part des parents. « Ceci s’explique par le capital de sympathie et de confiance dont jouit notre Institut auprès de l’opinion nationale et internationale. A cela, s’ajoutent la politique d’image positive et la qualité des enseignements dispensés à l’INP-HB », avait souligné M. Babri Michel, Enseignant au Département Maths-Info de l’INP-HB, nommé Coordonnateur général du concours d’entrée dans les différents cycles de l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny au titre de l’année 2005. Il n’est donc pas surprenant de comprendre les nombreuses motivations des élèves qui déploient une grande énergie pour être recrutés dans cet illustre établissement qui est l’INP-HB. Que dire de l’INJS, où la Jeunesse est toujours restée une préoccupation majeure pour les gouvernants. C’est pourquoi, le ministère fait tout ce qui est possible pour disposer des moyens appropriés en vue trouver une solution idoine aux problèmes d’encadrement et d’insertion socio- économique des Jeunes. Ainsi, tout comme ces écoles citées en exemple, toutes les autres présentaient les mêmes critères de crédibilité et de fiabilité.

A la recherche des marques

La crédibilité et la fiabilité qui faisaient la spécificité et la notoriété de ces grandes écoles étatiques ont été ternies avec l’avènement de la refondation. En effet, l’arrivée des ‘’Enseignants’’ aux affaires a plongé ces grandes écoles de renom dans un coma profond. Les élèves et étudiants non nationaux ont tourné le dos à la Côte d’Ivoire. Parce que les diplômes délivrés en terre ivoirienne depuis 2000 sont difficilement acceptés par des chefs d’entreprise d’ici et d’ailleurs. Tout simplement parce que l’enseignement dispensé ne serait plus de bonne qualité. Ce qui n’est pas discutable. Parce que, les professeurs avaient du mal à donner correctement les cours à cause de la menace d’une certaine Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). Fédération estudiantine qui se croyait au-dessus des lois ivoiriennes et dont les membres, bien souvent, ne se gênaient pas de porter main à leurs Maîtres, Professeurs et même Docteurs d’université. C’est le cas qu’ont vécu, en novembre 2010, deux Inspecteurs d'Etat à l'Institut de Formation des Agents de Santé (INFAS). Ces Inspecteurs en question, en visite de travail à l'INFAS, ont été obligés de rentrer à pied chez eux, abandonnant leurs véhicules dans les locaux de cet Institut. A l'origine de ce désagrément, les étudiants de cette école publique manifestant pour réclamer leur bourse d'étude dont ils ont été privés depuis le mois de Juillet de la même année. Le Directeur ayant refusé de les recevoir, ils sont restés sur les lieux, bloquant ainsi toute circulation de 09h à 18h. les inspecteurs ont ainsi essuyé l'arrogance et le dédain du Directeur M. SESS ESSIAGNE. Aussi, ce n’est un secret pour personne. L’on n’a plus besoin de passer les concours pour entrer dans ces établissements. Les candidats qui avaient de l’argent pouvaient même rester dans leurs salons pour se voir admis. L’on a encore en mémoire qu’en 2008, 960 candidats aux concours d’entrée à l’ENA avaient même été exclus des listes sous le prétexte que ces derniers avaient fraudé au cours de la visite médicale.

Désormais, le mérite

Les nouvelles autorités en charge de l’enseignement supérieur et la formation technique connaissent plus ou moins les problèmes pendants, pour avoir été, dans un passé récent, titulaires de ces ministères. Elles savent les plaies qui ont terni l’image de ces écoles de référence sous le régime du père-fondateur Félix Houphouët-Boigny et son Dauphin Henri Konan Bédié. Et donc, avec le Président Ouattara, pur produit de l’Houphouëtisme, l’heure est à la transparence et la compétence.

Désormais, c’est l’égalité des chances entre les candidats. Un fils de cultivateur intelligent venu de la Côte d’Ivoire profonde peut-être admis à un concours de la Fonction Publique s’il arrive à bien traiter les sujets. Et le Président du RJR a dééjà donné cet avertissement à la jeunesse du RDR de ne pas donner dans le favoritisme.

JULES CESAR


PUBLICITE

Autres articles
Duékoué : Des élèves débraient après l'agression d'un des leurs par un fondateur  Fratmat.info  - jeu. 20 nov. 2014 [2 Commentaires]
Côte d'Ivoire : recrutement de 8 instituteurs non-voyants à la Fonction publique  APA  - jeu. 20 nov. 2014
Enseignement supérieur : La Licence passe à 4 ans (1ère année probatoire en Anglais et Informatique) - Ce qui est réservé aux étudiants en Master  Soir Info  - mar. 18 nov. 2014 [27 Commentaires]
L'université de Pau participe à l'ouverture d'une école de génie pétrolier en Côte d'Ivoire  AFP  - mar. 18 nov. 2014
Enseignement supérieur : Début de l'orientation des nouveaux bacheliers - Le site web de la plateforme d'orientation  Ministère  - jeu. 13 nov. 2014 [4 Commentaires]
 

arreter de rever le pouvoir en plave va fait la meme chose en possitinnant ses element au differents concours que alassane arrete de nous distraire la il est lme plus correompu et le plu demoniauqe
De procureur - 07/07/2011 à 20:56
 
ça fait plusieurs fois que je me présente ao concours d'entrée à l'ENA, mais pas de résultat satisfaisant. En effet, en Côte d'Ivoire le mérite n'est pas récompensé et nos autorités préfèrent couronner la corruption et le népotisme qu'à l'excellence. Je crois qu'avec les nouvelles autorités, ce ne sont pas des vains pour en dormir le peuple. Je pense que si les nouvelles autorités arrivent à rétablir l'excellence dans ce beau pays, je leur saurai gré C'était Monsieur Douabou Diplômé Chômeur sans emploi mais ayant les potentialité intellectuelles pour travailler aussi dans cette côte d'ivoire. Mais empêcher par la mauvaise foi et mauvaise gestion des Hommes. A quand le lancement du concours d'entrée à l'ENA 2012? Cette année, je pense que ce concours sera propre sans tricherie. Je vous remercie
De Douabou Bi Tiessé - 07/07/2011 à 15:28
 





    OFFRES D'EMPLOI DU JOUR


SECRETAIRE BUREAUTIQUE
Date limite : 27/11/2014
RESPONSABLES PRODUCTION
Date limite : 02/12/2014
JURISTE (CARRIÈRE JUDICIAIRE)
Date limite : 28/11/2014
COMPTABLE
Date limite : 25/11/2014
(05) MECANICIENS ET (02) ELECTRICIENS AUTO
Date limite : 28/11/2014
Toutes les Offres d'emploi


    TOP ARTICLES DE LA SEMAINE


Les plus lus
Les plus commentés
Rebellion ivoirienne : Le rôle joué par le Lieutenant-colonel Zida [Lue 5994 fois]
Soir Info  - mar. 18 nov. 2014
Enseignement supérieur : La Licence passe à 4 ans (1ère année probatoire en Anglais et Informatique) - Ce qui est réservé aux étudiants en Master [Lue 5310 fois]
Soir Info  - mar. 18 nov. 2014
Infidélité conjugale dans les couples à Abidjan : Des réseaux pour aider les femmes à tromper leurs maris ! Des hommes-étalons loués à 50 000 FCFA ! [Lue 4823 fois]
Soir Info  - Il y a 18 heures
Côte d'Ivoire : arrêt de travail dans les camps militaires de Bouaké, les corridors de la ville bloqués [Lue 4494 fois]
APA  - mar. 18 nov. 2014
Grogne des militaires : un mort et six arrestations à Abobo [Lue 3940 fois]
APA  - mar. 18 nov. 2014
 


Actualités Emploi Formation Entrepreneuriat Nos Concepts Nos Services
Global Management Challenge
Guide de l'Entrepreneur Les Trophées de l'Excellence
Investir en 2012    
Economie & Finance E-Business Plan    
Sciences et Technologies DRH Corner      
Sports Conseils RH      
Politique          
Santé          
Arts et Culture          
Copyright © 2004-2013 - Educarriere.net - Tous droits réservés - Tél : 22 44 44 48
Hotlines & M-payments : – 55 14 14 14 – 41 41 14 14 - Email : ci@educarriere.net